The hidden Truth.

Un forum ou les Vampires et les Loups garou vivent au quotidien sous les yeux des Humains qui ignorent leur existence.
Mefiez vous... Votre voisin n'est peut etre pas celui qu'il prétend être.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tania dans le Métro [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tania melbur
Werewolf
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 06/11/2010
Age : 28

MessageSujet: Tania dans le Métro [libre]   Jeu 17 Fév - 11:42



La bouche béante du métro s'ouvre devant elle, exhibant une lumière crue et blanche, une pestilence typiquement humaine et une décoration chiche et passée de date. Tout ce que Tania aime ... Ou pas. Mais le métro c'est pratique alors elle part en apnée prendre la première rame qui passera devant elle.

Direction ?
Qu'importe ? L'important c'est la fuite.

La rame est vide, ou presque. un petit couple roucoule et suinte la mièvrerie au fonds, se faisant des poutoux et des tripotages comme s'ils étaient seuls au monde. Tania les regardent sans les voir, d'une manière intensive dirai t'on. Le gloussement de la donzelle s'éteint peu à peu et l'odeur du stupre se calme pour être remplacée par celle plus douce et âpre de la peur. Elle retire une main volage de son compagnon et se penche à son oreille pour lui dire quelque chose. Sûrement se plaindre de cette fille louche et piercée qui les reluquent impudiquement. Le garçon redresse le nez du décolleté un peu désœuvré et lorgne la louve qui ne bronche toujours pas.

- Hey ! Tu mate quoi connasse ?

Tania semble se réveiller et penche la tête sur le côté. Elle pose son regard troublant et inquiétant dans celui un peu éméché du gars. Un sourire carnassier se dessine sur ses lèvres, dénudant pudiquement des bouts de canines.

- Le bout de steak que t'asticote depuis tout à l'heure ...

Sa voix est rauque et basse, un peu comme un ronronnement. L'homme redresse un peu la nuque et fronce les sourcils, il n'est pas sûr de comprendre. Mais sa copine oui, elle se plaque un peu plus contre lui, cherchant se protéger dans ses bras maigrichons. Lui, tout envahi d'un trait de virilité gonfle les bras.

- Spèce de gouine !

Ricanement de hyène de la part de Tania qui se moque ouvertement de lui. En périphérie, elle voit les pauvres ères qui observent la scène se reculer le plus possible des hostilités. Comme si ça allait changer quelque chose. Pas loin de là, la prochaine station. Déjà le métro commence à ralentir et à vibrer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bloody Abby
Vampyre Alpha [Admin]
avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 08/11/2009
Age : 26

MessageSujet: Re: Tania dans le Métro [libre]   Sam 19 Fév - 17:07

Le métro, Abby détestait cet endroit, trop moderne à son goût, trop bruyant, exhalant d'un odeur trop offensante pour ses délicates et sensibles narines. La pire invention de l'homme selon elle, une sorte de remède pour les masses grouillantes d'humains stupides, un remède à leur besoin croissant d'hyper vitesse.

Une sorte de "caniveau de l'humanité" ou ces frêles êtres instables se déversaient tels une foule de robots en un ballet incessant rythmé par les horaires de travail auxquels tous se conformaient docilement. Cependant, cette invention pouvait se révéler utile.

En effet le métro n'avait pas volé son surnom de "caniveau de l'humanité", lieu impersonnel mais assidûment fréquenté le jour, déserté à la tombée de la nuit. Lieu de transition pour certains, il devenait pour d'autres, au coucher du soleil, un repaire.

Repaire pour tous les enfants loqueteux et dégénérés que le beau monde capitaliste et consumériste des humains avait contribué à créer, il abritait ainsi un formidable échantillon de ce que la bonne société avait de plus honteux. Rassemblés ici tels tout les maux du monde en la boite de Pandore, ont trouvait tout ce que la ville faisait de pire en matière de marginaux (dealers, drogués en quête de leur dose, clochards, malades mentaux, alcooliques...) Ils formaient une cour des miracles, une sorte de société "parallèles souterraine" dont bien sur personne ne se souciait plus, préférant ignorer et refouler ces êtres qui entachait son développement tels des insectes sur un pare-brise.

C'est pourquoi les vampires avaient tout naturellement fait de ce lieu de perdition leur "garde-manger". Qui en effet se soucierait de la disparition d'un tel ou d'un tel, dans ce lieu ou se confondaient et s'entrecroisaient tant d'existences? Qui viendrait réclamer les corps bouffis et couverts d'hématomes de ces êtres privés de leur identité?

Abby, se fondant dans la masse attendait l'arrivée d'une rame. A la surface, la nuit avait commencée à tomber et la jeune fille s'était mise en quête de son repas de ce soir. Attendant bien sagement au milieu de tout ses hommes et femmes d'affaire, travailleurs fourbus, avides de retrouver la chaude sécurité de leurs foyers, tous ses sens étaient en éveil, et elle devait déployer des trésors de contrôle et de maîtrise d'elle-même pour ne pas se jeter sur le premier venu. Elle s'approcha de l'un d'eux qui, écouteurs vissés aux oreilles, ne la remarqua même pas, si habitué qu'il était à être bousculé par la masse. A ce moment précis, alors qu'elle respirait son parfum, à quelques centimètres de son cou, guettant sa carotide les oreilles emplies des battements de son cœur y propulsant le sang, une rame arriva.

Elle s'immobilisa dans un crissement de frein dont les vibrations sonores avaient toujours le don d' hérisser ses oreilles. Les portes s'ouvrirent, le flot se déversa et afflua à l'intérieur du wagon. Abby se laissant porter remarqua alors une scène qui avait été interrompue par l'ouverture des portes. Un garçon se tenait debout, se qui devait être sa petite copine accrochée à son bras frêle, figé dans une expression de haine, apparemment dirigée vers une jeune fille dont Abby ne perçue que des grésillements lorsqu’elle essaya de lire dans ses pensées : un loup-garou, elle en était sur. La tension dans l’air été palpable, Abby jeta un regard à la jeune fille semblant vouloir lui dire

*Besoin d’aide ?*

_________________
Praise the blood of Lilith!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hiddentruth.vampire-legend.com/
tania melbur
Werewolf
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 06/11/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Tania dans le Métro [libre]   Dim 20 Fév - 9:07

Le garçon ne réponds pas, elle sent la sueur aigre de la peur commencer à suinter à la base de sa nuque. LA fille elle pue déjà à pleins nez, ça en deviendrai presque offensant d'avoir aussi peur. Allez, Tania est quasiment persuadée qu'il suffit qu'elle esquisse un geste pour que l'autre s'oublie et accompagne l'immonde odeur de celle plus acide de sa pisse. De nouveau ce rire de hyène. Décidément, la soirée commence bien. Elle n'a même pas encore décidée si elle allait les croquer ou juste les asticoter en plantant un croc ou deux dedans avant de continuer son chemin.

Le métro est à présent arrêté. Les portes s'ouvrent en grinçant et la populace nocturne fuit à toute patte cette rame dont le temps c'est suspendue. La filette tire le gars par le bras, Tania l'entends murmurer d'une voix qu'elle tente de rendre calme :

- Viens John, sortons de là .... C'est pas grave ....

Petite sourie innocente. Mais le dit John ne bouge pas, il est fasciné et horripilé à la foi, tenaillé entre la peur, la fascination et son besoin débile de prouver qui c'est qui a la plus grosse paire. Indéniablement ce soir ça ne sera pas lui, mais s'il l'apprends ça sera à ses dépends.
Un frisson déchire l'échine de Tania et son nez se fronce subtilement. Odeur de mort. Odeur de non-vie. Penchant la tête un peu plus que le ferai un homme, les cheveux coulant sur la moitié de son visage et le tapissant dans l'ombre, elle cherche de ses yeux étranges qui pue comme ça. Elle repère la zone globalement, puis revient vers son petit couple de bifteck sur patte.

- Bon tu te décide à la sauter ta copine ou c'est à moi de le faire ?! lance t-elle provocante

John tique. Bien, très bien. Ça semble être l'électro-choc dont il avait besoin. En deux pas il couvre la zone qui les séparent, délaissant la miss comme un paquet de linge sale et choppe Tania par le devant de son T-shirt :

- Retire ce que tu viens de dire salope ou j t'éclate la tête !

Tania ricane.

- Dit-il en puant peur et pisse ! Lâche moi vermisseau où je commence par toi !

Accompagnant mots et geste, elle le choppe à son tour par le collet, approchant son visage assez prés pour pouvoir l'embrasser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bloody Abby
Vampyre Alpha [Admin]
avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 08/11/2009
Age : 26

MessageSujet: Re: Tania dans le Métro [libre]   Dim 13 Mar - 10:37

N'obtenant pas de réponse à son appel mental, Abby décide de s'approcher et de le réitérer, cette fois ci inteligiblement :

"Auriez-vous par le plus grand des hasard besoin d'aide?"

Lance-elle à la jeune fille, apparemment aux prises avec l'un de ces humains faussement téméraire.Pour qu'il n' y ai aucune ambiguïté sur son identité (chose qui, dans un moment pareil, pourrait faire basculer la situation autant en leur faveur que le contaire) Abby lance un regard entendu à la jeune fille, lui dévoilant subrepticement deux blanches canines.

Abby n'est pas du genre à se jetter dans une bataille les yeux fermés, elle balaye une nouvelle fois la scène du regard, en retenant tout les élèments. Un couple d'humains, une "créature" non-identifiée mais certainement d'origine sunaturelle, l'homme apparement cherchant à défendre sa copine tient la jeune fille par le col de son T-shirt, ce qui ne semble pas du tout impressionner celle-ci. Un peu à l'écart de tout cela, une ravissante humaine, les joues brillantes de larmes regarde craintivement les "exploits" de son "chevalier servant", Abby n'a même pas besoin d'inspirer tant la peur de la "petite copine" emplit l'air.


*Un repas potentiel pour plus tard*

_________________
Praise the blood of Lilith!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hiddentruth.vampire-legend.com/
tania melbur
Werewolf
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 06/11/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Tania dans le Métro [libre]   Dim 13 Mar - 16:52

"Auriez-vous par le plus grand des hasard besoin d'aide?"

La voix résonne dans sa tête comme une cloche limpide et claire. Tania tique, son œil droit se plisse et l'un des coins de sa bouche se rétracte sur une de ses canines. Un grognement roule dans sa gorge, semblable à celui d'un chien. Elle n'aime pas que l'on s'incruste dans sa tête, celle ci étant déjà bien assez habitée comme ça. Un coloc de plus, faut pas déconner !

- Sors de ma tête, grogne t-elle à la voix, tournant son visage de travers pour regarder la vampire
- Mais jte parle pas c....

Le jeune homme hargneux et aux valseuses un peu trop pleine vient de sortir la phrase de trop aux yeux de la louve. Furieuse elle le propulse contre sa copine - et accessoirement contre le mur et les siège dans un délicieux craquement d'os et de chair. Ah oui, et le petit couinement divin de peur et de douleur qui ponctue le tout est à ses yeux la petite cerise griotte qui sublime le tout.

- Oups ... ricane t-elle de son rire de hyène, faussement désolée, il m'a .... échappé des mains....

Un ou deux gloussement névrotiques plus tard, elle se redresse de toute sa modeste taille, délaissant royalement la vampire pour scruter les humains ratatinés par ci par là. Bon, next !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tania dans le Métro [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tania dans le Métro [libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Libre à jamais dans mon cœur et dans mon âme... [Libre aux indiens]
» Madame, j'entends des voix dans ma tête [LIBRE]
» une nouvelle venu dans la forêt [LIBRE]
» Une chapardeuse dans la ville (Marius - Libre)
» Une baignade dans l'eau geler (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The hidden Truth. :: En plein air :: Stations-
Sauter vers: